Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


Maroc : silence , on déplume les vieillards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maroc : silence , on déplume les vieillards

Message  mansour le Mar 12 Avr - 12:57

Maroc : silence , on déplume les vieillards
Des centaines de milliers de retraités au Maroc semblent aujourd'hui fair l'objet d'un deplumage ...
d'abord , beuacoup de ces vieillards ne touchent s'un miserable revenu, aujourd'hui, les services publiques parait-il refuser de les servir et du coup, une transaction est mise en service rapportant des milliards a une Banque tres connue et un pourcentage de leur pension deja faible sera englouti par cette banque.

Le titulaire d'une pension de 500 dhs par mois, s'est vu imposé la carte guichet a 200 dhs par an, 30 dhs par trimestre pour le maintien du compte et autres frais de correspondance ...

Que restera t il a ces pauvres et démunis qui .. meme a ce stade on trouve encore des affairistes qui veulent en tirer profit !

mansour

Messages : 15
Date d'inscription : 12/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc : silence , on déplume les vieillards

Message  mansour le Mar 12 Avr - 12:59





2,5 millions de personnes âgées en 2004, soit 8% de la population. En 2030, leur proportion sera de 15,4%.
Hormis la solidarité intergénérationnelle qui s’effiloche, le Maroc n’a pas de maison de vieux, dignes de ce nom. Il y a un blocage culturel.
Pas non plus de services de gériatrie dans les hôpitaux marocains.
La stratégie nationale de protection des personnes âgées peine à voir le jour.

Elle s’appelle Fatima Ouli. Fatima devrait être célèbre. Elle a 115 ans et sous d’autres cieux une telle longévité est un gage de notoriété. Pas au Maroc. Fatima est une femme abandonnée à son sort. Une femme dont personne ne veut s’occuper, même les gens de son douar, dans les environs de Khénifra où elle habite, et qui l’entretenaient par pure solidarité tribale, ne veulent plus d’elle. Son péché ? Etre, à 115 ans, de plus en plus malade et sénile. L’alerte est donnée. Une unité du centre social de Tit-Mellil, aux environs de Casablanca, se déplace sur les lieux pour la récupérer et s’occuper d’elle. Ce centre est loin d’être une maison de retraite digne de nos personnes âgées, mais plutôt un dépotoir humain où l’on regroupe marginaux, SDF et autres mendiants ramassés dans les rues lors des rafles organisées par les services compétents. Mais là, Fatima a au moins un gîte, et des personnes qui s’occupent d’elle. Elle y vit encore, à l’heure qu’il est. 30% de la population de ce centre, soit 750 pensionnaires, sont des personnes âgées.


Dans ce Maroc où l’on a toujours brandi la solidarité familiale aux yeux d’un monde occidental impersonnel, le cas de Fatima n’est pas isolé, bien au contraire. «De plus en plus de familles se lassent de leurs vieux et les abandonnent à leur sort, c’est-à-dire dans la rue. Ou on les confie à des maisons de bienfaisance sans plus jamais leur rendre visite. Ils meurent dans l’oubli total des leurs. La religion dit une chose, or la réalité est tout autre», déplore Abdelkrim Sebbar, le directeur de ce centre. En janvier 2005 déjà, un rapport de l’Entraide nationale relevait que de plus en plus de personnes âgées au Maroc, souvent pauvres, ou abandonnés par les leurs, trouvent refuge dans les maisons de bienfaisance.


mansour

Messages : 15
Date d'inscription : 12/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum